Prix de l’humour de résistance

Hanuš Hachenburg, interné dans le ghetto de Terezín à l’âge de treize ans, écrivit clandestinement sa pièce pour marionnette On a besoin d’un fantôme, une réécriture bouffonne du nazisme qui se rit des bourreaux et de leurs complices, un exemple sublime de “théâtre concentrationnaire clandestin, où l’humour devient une arme de vérité”.
A l’occasion du deuxième Festival d’Humour de résistance, la Maison du Rire et de l’Humour a décidé de remettre, à titre posthume, le onzième prix d’Humour de Résistance à Hanuš Hachenburg. Avec honneur et émotion, nous serons présents pour recevoir, à titre symbolique, cette consécration de son oeuvre, qui se tiendra à Hénin-Beaumont en décembre 2017.